voyage-laos-pacse03

Voyage Bangkok – Laos (Pakse)

Nous avons donc débarqué à Paksé vendredi 24/01.

D’abord, train de nuit de 20h30 à 7h. Finalement, nous n’avons eu que 1 heure de retard. Auguste a vomi au début de la nuit, du coup, nous avions une couverture en moins. Nous avons eu très froid et après information sur le petit journal de Bangkok, il semblerait que la Thailande traverse une vague de froid.

Ensuite, taxi à Ubon pour le bus terminal, et bus pour Pakse. Départ 9h30, arrivée 13h. Le passage à la frontière nous oblige à descendre du bus, et à faire les formalités à pied. Prix du visa : 30 $ par personne (ou 1300 baths).

Et ensuite, on doit donner 50 baths par passeport pour les récupérer… Grrr…

Nous logeons à la Sadaiby 2 guesthouse (merci à nos copains qui se reconnaitront pour l’adresse). Heureusement, nous avions réservé par mail 2 chambres, car la guesthouse affiche complet ce soir. Effectivement, le Laos n’est pas cher, la chambre triple est à 100 000 Kips, soit 10 euros, la double à 9 000 Kips ! Auguste ayant de la fièvre ce soir, il dormira avec nous.

Au restaurant, nous avons commandé comme en thailande, un plat chacun. Grave erreur, les assiettes sont beaucoup plus fournies ! Mon assiette de rouleaux de printemps en contenait 5 ! Et Titouan avait pris de même ! Pour une fois, nous étions  bels et bien calés, et on a laissé beaucoup de restes !

L’ambiance est effectivement très sympa, les gens nous font coucou, nous disent bonjour. On a du mal à croire qu’ils nous adressent la parole, après la Thailande.

Par contre, je me suis empressé d’acheter un pull, car j’ai vraiment eu trop froid la nuit dernière !

[edit] Auguste a été malade 24h, et après un régime Banane, Riz et Coca « débullé », et une journée de repos à regarder des dessins animés, il a vite retrouvé la forme !

wat-pho01 siam-ocean12 bangkok-shutdown01

Bangkok shutdown – état d’urgence

L’état d’urgence est en place depuis mardi 21 janvier.

Nous n’avons vraiment pas senti d’insécurité lors de notre ballade au milieu du centre Siam, un des lieux du shutdown.

Ce qui nous a surtout vraiment étonné est la mise en place de tous les produits dérivés suite au shutdown de bangkok : sifflets, tee-shirt, chapeaux etc !

Mercredi 22 janvier, lors de notre visite à l’ocean siam, nous avons donc pu voir le concert suite au meeting dans le cadre du shutdown. Nous avons appris ensuite, lors de notre retour à l’hotel, que l’état d’urgence était déclaré depuis 1 jour. L’ambiance n’était pas oppressante, et on pensait même que le mouvement s’épuisait ! Le seul indice était les embouteillages monstres autour de certains lieux. C’est pour cela que nous avons décidé de prendre un bateau qui navigue dans les petits canaux ! C’était chaud, même les enfants étaient surpris, alors que d’habitude, ils ne ressentent pas ce genre de choses ! Les canaux sont très étroits, et lors de croisement de bateaux dans l’autre sens, on était secoué par les vagues. Ils baissent même le toit parfois pour pouvoir passer sous les ponts, Loic a du se baisser d’un coup !

ganeshapark02

Ganesha Park – photos dans l’eau

On est donc allé à Ganesha park, passer une journée avec les éléphants.

C’était super ! Je pense que les photos parlent d’elles-mêmes ! Il y avait les éléphants, mais aussi les chats, les chiots, une naissance de chatons en direct live, un bébé chauve souris dans notre bungalow ainsi qu’une multitude d’oiseaux que nous avons entendus toute la nuit!

Ganesha Park nous permet de partager la vie d’un Mahout, un gardien d’éléphant. C’est simple et sublime en même temps, uner manière de faire du tourisme en aidant une structure qui sauve de vieux éléphants exploités par des opérateurs touristiques de masse. Il faut s’attendre à rien et se laisser prendre par le temps présent en compagnie des éléphants et de leur guides.
Après le repas de bananes et feuilles d’ananas, nous sommes allés tous nous baigner dans le magnifique lac, le tout en éléphant.

Bon, Félicien semble avoir attrapé les boutons des parasites des éléphants, mais j’ai acheté la pommade antibio recommandée sur le site de ganesha park, ici. wait & see

D’autres photos, prises par une personne du parc, seront mises en ligne dès qu’on aura pu trouver un lecteur de cd.

c'est long ! on a sommeil !

Départ de koh tao – arrivée à Bangkok

Le voyage a été beaucoup plus long que prévu ! Départ le 17 janvier à 14h30 de Koh Tao, et arrivée le samedi 18 janvier à 17h à Bangkok !

Nous sommes arrivés à 17h30 à la gare routière de Chumphon, après un voyage en catamaran plutot houleux. Les enfants ont été nickels, et à 20h on s’est trouvé une super bar-restau avec de la bonne musique juste en face de la gare. Ils ont même pu faire une initiation à la boxe thai. Jusque là, tout allait bien.

À 22h30, on est donc parti pour attendre le train sur le quai, train qui devait partir à 23h35. Mais le train étant annoncé avec un retard de 2h, n’est finalement entré en gare que à 2h10 du matin. On a bien eu le temps de se faire attaquer par des moustiques, de voir des rats se ballader, des thailandais qui sont venus toucher Auguste…

Bref, une fois arrivés dans le train, nous avons sombrés comme des masses, pour finalement se faire réveiller à 7h du mat par le train arrêté en pleine voie. Le controleur nous a dit : « boum, boum ! ». De 7h à 10h30, nous sommes restés à attendre, puis finalement, le train est reparti, pour s’arrêter ensuite… Au final, le train est arrivé en gare de Bangkok à 17h, au lieu de 9h du mat. On a donc du rester le soir à Bangkok.

Le lendemain, on est parti pour Kantchanaburi, puis Thom Pha Phum.

canoé au coucher de soleil

Koh-Phayam

Le voyage en bateau pour Koh-Phayam ne fut pas des plus confortables du tout ! Il dura 3h et la température frôlait les 40°. Dans le bateau,  étaient répartis des sièges de voiture. À l’avant, la nourriture destinée au restaurant était exposée au soleil impitoyable. Nous finîmes par arriver sur l’île. Papa loua un scooter et partit à la recherche d’une guest house, une sorte d’hôtel. Il y avait un charmant restaurant et nous avions faim. Assis nous commandâmes à manger. Je piqua avec la fourchette un morceau de poulet, le mit dans la bouche et la je réalisa mon erreur… J’avait purement et simplement oubliés de dire « no spicy » en gros pas de piment. Ma bouche se transforma en un véritable brasier. En France, le piment est considéré comme une épice, quelque chose servant à assaisonner les aliments. En Thaïlande, ils considèrent ça comme un légume, comme la courgette ou les poireaux.

Le scooter en Thaïlande ce n’est pas la même chose qu’en France. Pas de casque, on monte à trois parfois à quatre. On met les bébés devant, assis sur la selle, lui aussi sans casque. J’ai même vu des enfants de mon âge conduire un scooter. Les routes sont a peine larges de deux mètres.

 

À la guest house, nous avons dormi dans un bungalow fait simplement de bambous et de feuilles assemblées pour former une petite cabane qui ressemblait à celles faites dans les films d’explorateurs. Une moustiquaire surplombait le lit. On sentait les ressorts du matelas et avec tout le sable de la plage ramené dans la chambre, ce n’était pas très agréable de dormir dedans. Heureusement, le deuxième jour nous avons réussi à prendre un bungalow moins rudimentaire

 

 

 

kao-san-road

Le taxi no-problemo

À Bangkok, pour aller à la gare routière où se trouvent les bus, il faut prendre un taxi. Donc nous montâmes dans un taxi après avoir dit au chauffeur « Bus station Southern ».

Le chauffeur nous répondit no-problemo. Le taxi se mit en marche mais malheureusement il nous emmena dans un hôtel. Papa lui répéta « bus station Southern ».  Il nous répondit «Oh, sorry, sorry suivi de no-problemo ».Il était 19h30 et notre bus partait à 21h. Jusqu’à maintenant pas de problèmes graves. Le taxi repartit.

Cette fois ci, c’est dans une gare ferrovière et quasiment désaffectée  que nous débouchâmes. Il était 20h40. On commençait à stresser. Papa se rendit compte que la gare routière ne s’appelait pas  Southern et donc dit « bus station ».  Le chauffeur nous dit « Oh sorry, sorry à nouveau suivi de no-problemo ».

Enfin nous arrivâmes à destinations sain sauf.

Dans le bus, les sièges pouvaient se transformés en lit… On nous distribua une brioche pour le lendemain matin ainsi qu’une brique de jus asperge, brocolis, Kiwi. C’était assez bizarre comme goût. Les couvertures polaires là-bas sont de simples serviettes en France. Notre plus grande surprise fut en rapport avec les sièges du bus. Il  y avait un petit bouton sur l’accoudoir qui s’allumait lorsque l’on appuyait dessus.  Au début je ne senti rien mais au bout de quelques  minutes je me rendit compte que le siège massait !

poisson-perroquet Corali Vert

Ko Tao

Nous sommes à Tanote Bay depuis dimanche 12/01/2014.

Nous suivons les évènements de Bangkok depuis l’ile, impression un peu bizarre car nous sommes proches géographiquement parlant, mais aussi très très loin !!! Le shutdown est en place depuis lundi 13, magasins fermés… etc. à suivre…

Nous avons beaucoup de vent, et étions les seuls à manger ce soir dans le restaurant de la guesthouse Diamond Beach. Le bungallow est luxueux,  et nous avons loué un scooter pour faire les allers retours, car le taxi coute 100 Baths par personne (400 Baths pour nous 5 en demandant le taxi du Diamond Beach). Marche jusqu’au port de l’ile de 12h à 13h sous un soleil de plomb ! Je sais, c’est pas bien du tout ! Et retour en 2 trajets de scooter, avec un chemin de terre, très pentu sur la fin. Mais à 200 baths la journée, on ne regrette pas. Cela va nous permettre de bouger demain et après demain.

On a pris un billet de train de nuit pour le 17/01 au soir pour arriver le 18/01 à Bangkok. On espère qu’il y aura des bus pour aller à ganesha park ensuite, voir les éléphants !

 

ON a fait une chouette rencontre hier soir avec Loïc, Marion et leur petite Mina en balade pour 2 mois en Thailande. C’est une famille qui voyage avec le blog de leur précédent périple : lepoulpevoyage.info

Ranong - arrivee

Trajet Koh Payam -> Koh Tao

Pour aller de ko payam à ko tao, nous avons pris un speed boat jusqu’à Ranong. Auguste et Félicien n’ont pas payé de billet, Titouan est trop grand en taille pour faire enfant-qui-paie pas. Ensuite, on a pris un mini-bus de l’embarcadère au bus terminal de Ranong. Puis mini-van hyper classe jusqu’à Chump Hon. J’étais devant avec Titouan, et nous sommes passés plusieurs fois à 3 voitures de front sur la toute. La conduite thaïlandaise est tout de même assez corsée, même un marseillais serait impressionné !

Arrivée à 17h à Chump Hon, nous avons cherché une guesthouse, la suda guesthouse. Très simple et très propre, avec une chambre familiale à 550 baths (12 euros). De plus, la propriétaire peut aussi réserver les billets de bateau pour Koh Tao. On a eu des places pour le bateau, et on a pris 4 places, avec un départ depuis la guesthouse à 6h10 dans un espèce de vieux taxi moitié feraille, moitié bois remplis d’occidentaux comme nous !

P3410102 Chao Praya

Bangkok

Arrivée à 7h heure locale à Bangkok mercredi matin ce qui fait 1h du mat en France. On a pris un taxi ( demander Mitter pour qu’il mette le compteur en marche), et ce taxi a bien voulu nous prendre tous les 5. Il a fallu tenir toute la journée, ce qui a été possible car nous avons pris 2 chambres au Siam Riverside Hotel, où on a une piscine qui donne sur Chao Praya ( le fleuve de bangkok), et aussi car nous avons retrouvé nos copains qui sont partis depuis plus de 2 mois, et qui connaissent Bangkok comme leur poche.

Marseille avant de partir

le départ

en fait, le vrai départ de ce voyage s’est fait depuis Marseille plus que Grenoble.

Nous sommes partis de chez nous le 19 décembre pour passer les fêtes à la montagne et profiter de la neige. C’était en effet insensé pour les garçons de passer un hiver sans flocon ;-))

Ensuite,après avoir passé les fêtes là bas, direction Paris ! le lundi 30 décembre.

Et le mardi 31, nous avons fait un tour de grande roue, place de la concorde!

Puis départ le 1er janvier à 7h du mat, et RER gratuit ! merci la mairie de Paris qui a rendu le métro et RER gratuit pour le réveillon du nouvel an !

Là, il est 20h46 à Bangkok, on est bien crevé, car on a eu la bonne idée de prendre des vols par Qatar Airways, vol nettement moins chers que d’autres. Sauf qu’on a fait escale à Dolah, et que finalement, on a fait 2 fois 6 heures d’avions, avec l’impossibilité de dormir vraiment dans les  2 avions.