Cambodge – Kompong Cham du 8 au 10 février 2014

Nous sommes restés au Mékong Hotel 2 nuits, à Kompong Cham, un hotel aux immences couloirs en carrelage, ambiance bizarre mais sympa. Nous avons passé la journée du dimanche 9 sur l’ile qui est reliée par un pont de Bambou construit uniquement pour la saison séche.

Après une petite visite à une guest-house tenu par un français ou l’on dort en hamac, nous nous sommes aventurés plus loin sur l’ïle, loin des parcours touristiques. Les gens rencontrés étaient extrêmement chaleureux, à nous dire bonjour, à nous parler en anglais un tout petit peu, et en cambodgien, ou par gestes. Une femme à qui nous demandions notre chemin a donné des bananes aux garçons.

Vers 12h, le soleil était de plomb… nous devions faire une pause, manger à l’ombre et reprendre des forces avant la traversée de retour. nous sommes tombés sur une guinguette sur la plage, des huttes payantes plantées sur l’eau. A notre surprise ce spot n’est fréquentée que par des familles cambodgiennes en goguette le dimanche.

Nous avons loué une de ces huttes 1$. Loic est allé commandé à manger auprès d’une guitoune tenue par une femme ne parlant pas un mot d’anglais et ne comprenant pas le cambodgien de Loïc. Au bout de 20 minutes,il a réussi à commander du riz, du poulet et 2 oeufs sui semblaient durs, sans savoir que les cambodgiens les mangent quand il y a un poussin dedans, cuit à la vapeur dans sa coquille…. c’est un effet bizarre que de tomber sur une aile quand on commence à l’ouvrir… les expériences ont leurs limites……le riz, lui était bon, ouf…

Une famille cambodgienne s’est installée dans la hutte à côté de nous, et nous a offert du pamplemousse. Ensuite, ils sont venus nous offrir des bières. À13 h avec cette chaleur, j’avoue que je n’en avais pas envie du tout ! Mais c’était tellement gentil, on a donc trinqué avec eux, deux hommes et deux femmes. On a essayé de parler avec eux, en anglais, et puis ensuite, ils sont repartis sous leur hutte. Je n’avais même pas bu la moitié de la bière qu’ils nous en on rapporté deux, qu’on n’a pas ouvertes cette fois ci. Enfin, c’était chouette de voir un certain mode de vie des cambodgien, faisant partie de la classe aisée, je pense, mais aussi d’avoir pu échanger avec eux un minimum.

This entry was posted in actu.